Rechercher
  • Le Furieux

L'ULM dangereux ! La faute à la réglementation ?

Mis à jour : 13 mars 2019


L'ULM est-il plus dangereux que l'avion certifié ? Le moins que l'on puisse dire est que les avis sont partagés sur le sujet. Pour les uns c'est un immense espace de liberté qu'il faut protéger à tout prix, pour les autres, c'est une discipline insuffisamment encadrée et dans laquelle trop de pilotes font n'importe quoi.


Comme souvent, il faut éviter l'amalgame. Aussi bien du côté des pilotes d'appareils certifiés que de la part des pilotes d'ULM.


C'est une évidence le mouvement ULM regroupe des machines bien diverses. Qu'y-a-t-il de commun entre un para moteur et un Pioneer 300 ou un hélicoptère classe 6 ? Pas grand-chose si ce n'est qu'ils sont tous des véhicules aériens, normalement tous soumis aux règles de l'air. Or, il faut bien avouer que certains s'en affranchissent allègrement.


Il est difficile de concilier la liberté et la responsabilité, puisque justement être responsable consiste à se fixer des limites à cette liberté. Dans l'aviation certifiée, l'obsession de la sécurité conduit l'administration à ne pas faire confiance : c'est un médecin agréé qui vérifie l'aptitude physique, un examinateur n'appartenant pas à l'aéro-club qui fait passer le test final, un mécanicien ne pouvant exécuter des opérations qui sortent du cadre de son habilitation et travaillant dans un atelier certifié qui assure le suivi de la mécanique, etc. Bien sûr ces précautions n'empêchent les accidents, (les fameux facteurs humains.)


Dans le monde de l'ULM il en va tout autrement: pas de visite médicale, c'est l'instructeur qui donne le brevet, n'importe qui peut assurer l'entretien des machines. Les modifications préconisées par le constructeur peuvent même n'être prises en compte que si le propriétaire de l'appareil le veut bien.

Lorsqu'une seule personne est concernée, en l’occurrence le propriétaire de l'appareil, c'est après tout sa seule vie qu'il met en danger, et j'aurais tendance à dire que cela le regarde. En revanche, le problème n'est plus le même lorsqu'il embarque un élève ou effectue un vol découverte avec quelqu'un qui n'y connait absolument rien. Trop de laxisme revient tout simplement à mettre volontairement en danger la vie d'autrui.


Cela n'est pas acceptable.


A mon avis, ce qui fait la toute la différence, ce n'est pas tant le caractère certifié ou non de l'appareil, que la qualité de la structure dans laquelle cet appareil est employé. Je m'explique :

La plupart des appareils certifiés sont utilisés au sein d'aéro-clubs. La responsabilité du président étant directement engagée, les règles sont imposées et en général respectées. En revanche les propriétaires privés d'appareils certifiés sont pour ainsi dire hors contrôle, surtout s'ils volent peu et que les visites obligatoires par des ateliers agréés sont espacées dans le temps.

Certains sont responsables, d’autres, beaucoup moins. Un exemple : à Saint-Cyr un Cessna 152 met en route, des flammes s'échappent du capot moteur, la tour le prévient et s'entend répondre : "ce n'est pas grave, je vais seulement aux pompes à essence !"


Sans commentaires !



Il en va de même dans le monde de l'ULM, certaines structures sont responsables, d'autres pas du tout.


Ce ne sont donc pas les machines qui sont dangereuses, mais les hommes.

En conséquence lorsque je dois voler dans une structure que je ne connais pas, je regarde bien sûr l'état des machines, mais je ne peux pas les désosser pour me rendre compte de leur état réel. Ce n'est pas parce qu'une machine présente bien qu'elle n'est pas dangereuse. Alors j'observe les hommes. La nature humaine va naturellement les pousser à présenter leur structure et leurs ULM sous le meilleur jour. Il ne faut pas s'y laisser prendre ! Je cherche plutôt à mesurer leur rigueur dans tout ce qu'ils proposent : leur accueil, le respect des horaires de rendez-vous, la tenue (pour moi piloter en tongs est rédhibitoire !), la clarté de leurs explications. Je demande souvent à faire un petit vol avec eux, et là je puis vous assurer que le naturel revient au galop. Si la structure est sérieuse, cela se voit à tous les instants : la visite pré-vol, la réalisation des actions vitales, l'aisance à la radio, etc. Si elle ne l'est pas, cela saute aux yeux !

Si vous voulez mesurer le sérieux de Tomka Aviation faites ce test. Je suis certain que Tomka Aviation le réussira brillamment.

C'est donc le cœur tranquille que vous pourrez voler sur les ULM de Tomka Aviation.



433 vues1 commentaire

Hangar Tomka (102), Aérodrome de Saint-Cyr l'Ecole

78210 Saint Cyr l'Ecole 

France

 

google.png

Contactez nous au

06.40.47.66.39

tomka.aviation@gmail.com

© 2020 tomka aviation